le moulin à paroles

Restructuration du moulin/musée ARTHUR RIMBAUD - Charleville-Mézières

rimbschémanetworkV2.jpg
rimbaud2axes.jpg
Ecouter et prendre la parole du poête

 

L’énigme posée par la nature du futur musée Rimbaud semble un entrelacs de pistes paradoxales, d’ambiguités convulsives, de magnifiques impasses. Nous le savons, il n’y a aucune solution unique à attendre, uniquement un risque à prendre et à faire vivre au plus brûlant. Puisque la poésie réunit l’homme, l’oeuvre et la vie, le futur musée doit logiquement matérialiser le croisement, le pivot de lignes de forces poétiques à l’oeuvre. 

 

Le musée Rimbaud se trouve à la conjonction du non-musée, voulu par le programme, et de l’obligation de musée, voulue par le programme. Ainsi, les questions préalables sont :

1. Qu’est-ce que venir au musée Rimbaud ?

2. Qu’est-ce que la collection du musée Rimbaud ?

 

Les textes de Rimbaud ont en effet le pouvoir rare de toucher, à tout âge, celle ou celui qui les lit ou les entend, peut être durant un temps court, mais celui-ci est parfaitement compatible avec le temps de la visite.

 

Nous proposons donc que la visite soit l’occasion privilégiée de lire et /ou d’écouter la poésie de Rimbaud.

 

Collection sonore enrichie en permanence 

L’expérience la plus forte à vivre dans le futur musée, c’est d’être « emporté en Poésie » avec Rimbaud. Nous proposons ainsi une rencontre intense avec les textes du poète. Dans un espace très particulier, le « Voïd », suscitant le dérèglement des sens, le visiteur pourra entendre les textes de Rimbaud lus par des voix diverses, françaises, étrangères, jeunes, âgées... Peu à peu, le visiteur va saisir qu’il lui est proposé, à lui aussi, d’enregistrer un texte de Rimbaud et d’enrichir ainsi la collection poétique du musée. La collection va devenir l’infinie cohorte parfaitement archivée, entretenue, conservée de la parole des visiteurs qui viendront ici « lire Rimbaud ».

 

Fusion poétique à la confluence

Le futur musée Rimbaud se place en pivot de deux lignes de forces poétiques : L’axe de l’oeuvre-vie, de la Ville à l’embarcadère : traverser la ville pour se livrer au dérèglement des sens au moulin avant de rejoindre la rive et partir... L’axe imaginaire relie l’eau, la terre et le ciel : un terrain d’envol pour l’imaginaire poétique» Le croisement entre les axes donne l’entrée du musée, en façade arrière, un flux de visite logique : entrée en rez de jardin, visite du musée et sortie par le parvis arrière du musée qui invite naturellement à la descente vers les gradines de la berge. ...

 

 

 

Concours 2012
Maître d’ouvrage : Mairie de Charleville-Mézières
Mission : Maîtrise d'œuvre des aménagements scénographiques
équipe : Hoge architectes (architecture) / Bertrand Paulet (paysage)  Guliver (muséographie),
Budget global de réalisation :  3 620 euros
Surface : 500 m2
 
 

en savoir +

 

> HOGE architectes

 

 

 
 
 
 
 

© guliver design 2020